Entretien avec un grand-père.

Publié le par enragé

J'ai suivi le match Nouvelle-Zélande avec mon grand-père. Mon grand-père est très vieux, il a à peu près 160 ans. Je dis "à peu près" parce que ça fait 100 ans qu'il nous interdit de compter. Je me souviens que ce jour-là, il m'avait pris la main et dit : "Pour me faire plaisir et rajeunir, au lieu de compter mes ans, comptez les guerres." A l'époque, on attendait la Der des Der. Je ne pense pas que mon grand-père imaginât alors atteindre si vite l'âge adulte... "Faux rêveur Yong", il chantait souvent.

Bref, je retranscris notre discussion devant la télé.

 

Lui : (Soupir.)

Moi : (Rien.)

Lui : (Soupir.)

Moi : Ça ne va pas, Papy ?

Lui : Si, si, ça va.

Moi : Tu en es sûr ?

Lui : Mais oui. Je réfléchis.

Moi : Alors ça va.

Lui : (Soupir.)

Moi : (Rien.)

Lui : (Soupir.)

Moi : Tu es sûr que tout va bien ? Qu'est-ce qui te tracasse ?

Lui : Ecoute, je crois que je perds la tête. Ca fait deux jours que je m'en rends compte.

Moi : Mais non, mais non, qu'est-ce qu'il y a ?

Lui : Non, tu vas te moquer. T'es bien comme ta mère, toi.

Moi : Mais non, allez.

Lui : On a bien vu Stankovic, l'autre jour ?

Moi : Oui.

Lui : Dejan Stankovic ?

Moi : Oui, et alors ?

Lui : Eh bien ce n'est pas possible, toi aussi tu perds la tête.

Moi : (Soupir.)

Lui : (Rien.)

Moi : Pourquoi ?

Lui : Parce que j'ai bien cherché, hein, ni la Yougoslavie, ni la Serbie-et-Montenegro ne sont qualifiées.

Moi : Mais Papy, t'es pas à la page ! Ca s'appelle Serbie tout court, maintenant. Et eux, ils sont qualifiés.

Lui : T'es sûr ?

Moi : Absolument.

Lui : Pourquoi ils ont fait ça ?

Moi : Ca faisait trop long, comme nom.

Lui : Ah bon. (Soupir.)

Moi : (Rien).

Lui : Tu me rappelles qui joue ?

Moi : La Nouvelle-Zélande contre la Slovaquie.

Lui : Des Slovaques contre des... ?

Moi : On dit Néo-Zélandais.

Lui : Tiens, c'est drôle. Ils ne jouent plus au rugby, alors ?

Je l'ai regardé et je n'ai pas répondu. Je crois qu'il a oublié sa question aussitôt.

Lui : Les Slovaques, ils sont vraiment slovaques ou c'est des Tchèques qui ont changé de nom ?

Moi : Ah non, c'est des vrais. Les Tchèques ne sont pas qualifiés.

Lui : Pour ne pas jouer contre les Slovaques, sans doute. Remarque, les Slovènes sont là, eux.

Moi : Tu sais que la France pourrait rencontrer l'Algérie en quart de finale ?

Lui : Ca, c'est autre chose.

Moi : Bah.

Lui : De toute façon, on leur a pris leurs meilleurs joueurs avant la guerre.

Moi : Qui ?

Lui : (Il réfléchit) Zidane.

Moi : Il joue plus, Zidane.

Lui : Pour nous ?

Moi : Plus du tout. Pour personne.

Lui : Il s'est pris encore un carton rouge ?

Moi : Euh... D'une certaine manière, oui.

Lui : (Silence) Tu imagines, si la Martinique et la Guadeloupe faisaient sécession ? On jouerait avec qui ?

Moi : Avec le fils de Marine Le Pen. Comme ça elle se retrouverait enfin dans l'équipe.

Lui : Elle se retrouverait dans l'équipe, mais nous on ne se retrouverait pas à la coupe du monde.

Moi : Stankovic, il a joué la coupe du monde avec trois pays différents.

Lui : Ils ont fait la guerre, les Tchèques et les Slovaques ?

Moi : Non, je ne crois pas.

Lui : Ca s'est joué au football ?

Moi : Quoi ? L'indépendance ? J'en sais rien. Sans doute pas.

Lui : Bon. Si j'étais alsacien, j'aurais le droit de supporter les Français ?

Moi : D'abord, aux dernières nouvelles, les Alsaciens sont encore français. Ensuite, on peut supporter qui on veut. Je pense que les Tchèques sont pour les Slovaques, là. Réflexe de voisins et d'anciens compagnons.

Lui : Le temps d'une coupe du monde, on devrait tous redevenir bretons, corses, alsaciens, savoyards. Comme ça on supporterait tous la France. Ca serait marrant.

Moi : Ca changerait.

Lui : On peut toujours espérer : tout change.

 

Nouvelle-Zélande 1 - Slovaquie 1

Bande-son : Jacques Brel, "Les Vieux".

Publié dans Entretien

Commenter cet article