Racines.

Publié le par enragé

L'actualité la semaine dernière n'était pas exclusivement footballistique, elle était aussi littéraire. Elle a vu en effet la sortie de deux petits ouvrages très curieux, deux dictionnaires d'étymologie qui ne manqueront pas de devenir des classiques, à moins que les nombreuses contradictions qu'ils comportent ne les fasse mettre très vite au pilon.

 

Un exemple, le mot "amateur".

 

Le Précis d'étymologie de la langue des médias, sous la direction de Jean-Pierre P.R. et Patrick P.D.A.E.S.D.G., édité chez Stop, prétend que ce mot est une contraction de "aimer" et "mater" : "l'amateur de football est celui qui aime regarder - mater - le football." (p.21) Ils s'appuient, méthode analogique originale mais contestable, sur la langue russe et le terme "ljubitel'" qui viendrait de la contraction de "ljubit'" - aimer - et "tel(evidenie)" - télévision.

 

Le Dictionnaire étymologique des mots du football (édité aux PUM) n'est pas de cet avis. Ecrit par  Jean-Pierre P. et Patrick V., à l'usage, précisément, des amateurs de football, il s'attarde sur ce terme dans son introduction. "Les amateurs, écrivent les auteurs, sont les racines du football, le lien entre l'élite et l'essence du jeu. Ils ne viennent pas au stade pour la gloire ou l'argent mais pour voir du sport, du ballon, des frappes, des passes, des buts."(p.12) "Amateur" viendrait dont du verbe latin "amare" qui a donné, comme on le sait, "amour", "amant", etc., mais aussi "amarre". Cette commune origine de l'amour et de l'amarre est attestée dès le treizième siècle par le poète Robert de Tarse dans son fameux Tristan et Iseult :

 

                    "Et on serra les amarres comme des liens d'amour,

                    Car l'amour tient Tristan auprès d'Iseult aimée,

                    Comme l'amarre tient la Terre près des nefs amarrées."  (vv.1324-1326)

 

Et nos deux auteurs de conclure : "les amateurs sont nos amarres, ne les larguons jamais, ils nous gardent près de la seule réalité." (p.13) Et s'ils brandissent le carton jaune (en espagnol "amarillo") "il importe surtout de ne pas les ignorer." (p.39)

 

Deux interprétations partiales et contradictoires qu'on retrouvera, parmi d'autres, dans le déchainement sanguinaire et vengeur qui a commencé aujourd'hui : les amateurs de tous bords demandent des comptes !

 

 

Mais il y avait du football !

 

Slovénie 0 - Angleterre 1 et USA 1 - Algérie 0

(Bande-son de l'après-midi : David Bowie, "I'm afraid of American")

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article