If...

Publié le par enragé

Hélas la culture littéraire classique se perd dans notre pays ! Deux jours que la troisième journée de la phase de poules à commencé et personne n'a encore cité le grand Alexandre D. ! Deux jours qu'on ne peut décemment plus regarder un match sans d'un côté le classement du groupe et de l'autre une calculette, et personne n'a encore mentionné le supplice du château d'If !

 

Les touristes russes attardés du côté de Marseille se précipitent tous au château d'If faire la queue devant la présumée cellule d'Edmond D. : le château aurait inspiré la fiction d'Alexandre D., et cette cellule, c'est la sienne ! Néanmoins, tous ignorent que, si le romancier s'est bien inspiré du château, en réalité ce dernier a été nommé d'après le roman. Pour d'obscures raisons politiques, Alexandre D. ne souhaitait pas mentionner le véritable nom du château - aujourd'hui tombé dans l'oubli. Il décida de le nommer d'après le supplice qu'on y imposait aux prisonniers. Afin de profiter pleinement de la notoriété du roman, l'Etat français changea le nom du château à la fin du XIXème siècle.

 

Qui d'autre que ces maîtres ès cruauté que sont les Anglais pouvaient inventer un supplice aussi infâme que le "supplice d'If", ou "de l'If", ou "If-punishment". Ils avaient été maîtres des lieux pendant une courte période au XVIIIème siècle, mais les avaient durablement empreints de leur perfidie. Grands amateurs de sport, ils avaient inventé le supplice d'If pour, d'une part, se simplifier la vie, et d'autre part rendre fous les prisonniers français.

 

Le supplice consistait en une tâche très simple : dans une situation donnée, déterminer tous les cas de figure possibles, et les recenser sur une grande feuille de papier - le supplice se répétant chaque jour, les prisonniers entre eux appelèrent cette feuille un journal. Exemple de situation : le championnat du monde de cricket ; les différentes équipes étaient réparties par groupes de quatre, les deux premiers de chaque groupe se qualifiant pour la face suivante. Tâche du prisonnier : étant donnés les résultats des deux premières journées, quelles conséquences au classement auront les différents résultats de la troisième journée. Supplice de l'If, car il fallait commencer chaque phrase du journal par "if" (si, en anglais) : If England wins against France, etc.

 

Pour donner au lecteur une idée de ce supplice, imaginons ce qu'il serait devenu à notre époque :

Coupe du Monde de football 2010, groupe F.

Slovaquie - Italie et Paraguay - NouvelleZélande.

Si la Slovaquie bat l'Italie, alors l'Italie est éliminée. Mais la Slovaquie ne se qualifie que si le Paraguay bat la Nouvelle-Zélande, ou, si c'est la Nouvelle-Zélande qui l'emporte, à condition que la Slovaquie remonte une différence de cinq buts en sa défaveur ; si elle ne remonte que quatre buts (c'est-à-dire si la somme de l'écart de buts défavorable au Paraguay et de l'écart de buts en faveur de la Slovaquie est égal à quatre) alors elle doit marquer deux buts de plus que le Paraguay.

Pas simple. A noter que notre prisonnier devrait réaliser ce calcul pour chacune des quatre équipes du groupe.

 

On raconte que certains prisonniers devenaient fous. A partir d'un certain niveau de déraison, on accordait le droit aux prisonniers de s'associer entre eux pour réaliser leur "travail". Ils parlaient alors du Journal-équipe.

Le prisonnier qui inspira Alexandre D. pour le personnage d'Edmond D., un certain Philippe D., tailla dans la pierre des murs de sa cellule les derniers instants de sa fatale folie.

 

"Si le North-Hampshire, bat le South-Hampshire, il ne se qualifie que si le Yorkshire bat East-London part trois points d'écart à la première manche. Si les points sont marqués lors de la seconde manche, il faut attendre le résultat de Liverpool-Chelsea et le nombre d'expulsés. Alors, on saura si la Nouvelle-Zélande se qualifie et si ma femme s'est remariée à un marin. Si ma femme se remarie et enfante une fille, son prénom sera Juliette, comme sa grand-mère, ce qui réjouira le capitaine du Yorkshire qui reprendra ses esprits et réussira un home-run final qui annulera les points marqués lors du match précédent. Le North-Hampshire sera qualifié.

Mais, si le South-Hampshire joue avec trois attaquants et des battes en bois de Brésil, etc."

 

Le coeur nous manque pour continuer. Laissons cette âme en peine à son repose éternel.

 

Ces prochains jours, gardons dans un coin de notre esprit ces pauvres bougres qui même à l'issue de tous leurs calculs ne purent jamais comprendre en quoi consistait le jeu de cricket. Nous, au moins, profitons du spectacle que d'aucuns résument ainsi : If football is a game where two teams of eleven young men are playing against eachother, so at the end Germany wins.

 

 

Au fait, on a joué au football !

 

Ghana 0 - Allemagne 1 et Australie 2 - Serbie 1

(Bande-son : Etienne Daho & Charlotte Gainsbourg, "If")

Publié dans Jeu

Commenter cet article